Retraite de la fonction publique hospitalière

Je suis Agent de la Fonction Publique hospitalière, quelles sont les spécificités liées à ma retraite ?

Le régime de retraite de base

Les agents de la fonction publique hospitalière sont affiliés à la Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales (CNRACL).

Cette caisse de retraite possède 4.9 millions d'adhérents. Sa gestion opérationnelle (encaissement des cotisations, liquidation des droits, versement des pensions) a été confiée à la direction des retraites et de la solidarité de la Caisse des dépôts et consignations (CDC).

La CNRACL est un régime en annuité, c’est-à-dire que les cotisations versées permettent de valider des trimestres de retraite qui serviront au calcul de la pension de base.


Le régime de retraite complémentaire

Les agents de la fonction publique hospitalière sont également affiliés au régime de retraite additionnelle de la fonction publique (RAFP).

Les rémunérations dites “accessoires”, tellesque les primes, les indemnités, et autres avantages financiers perçus par les agents hospitaliers, ne sont pas assujetties aux cotisations vieillesse de base. Pour que la retraite prenne en compte les éléments variables de rémunération des agents publics, le régime de retraite additionnelle (RAFP) est entréen vigueur le 1er janvier 2005.

Ce régime compte 4.5 millions d’affiliés. La RAFP est un régime en points.

Les agents de la fonction publique hospitalière ont l'obligation de cotiser à la CNRACL ainsi qu’au la RAFP.


La demande de retraite

Six mois avant le départ souhaité, l’agent de la fonction publique hospitalière écrit à la direction du personnel de son employeur pour l’informer de sa volonté de liquider ses droits à la retraite.

Ce dernier saisit la CNRACL qui adresse au fonctionnaire le formulaire de demande de retraite à remplir ainsi que la liste des justificatifs exigés. Ce formulaire de demande vaut pour la retraite de base, et la retraite additionnelle.

Le fonctionnaire remet son dossier complet, daté et signé à son employeur qui le transmet à la CNRACL au moins trois mois avant le départ.

Il n’y a pas de démarche spécifique à effectuer auprès du RAFP.

Haut de page