Notre mission

Investissement Socialement Responsable

 

Notre démarche ISR 

L’investissement socialement responsable est l’application des principes du développement durable à la finance. Cette démarche consiste, dans le choix des placements, à prendre en compte des critères non seulement financiers mais aussi environnementaux, sociaux et de gouvernance (critères dits ESG).

 

L’association Préfon n’est pas directement gestionnaire des fonds du régime Préfon-Retraite. Elle a souscrit un contrat d’assurance de groupe auprès de CNP Assurances réassurée par AXA, Groupama et Allianz, qui conduit chaque assureur à être en charge de la gestion financière du régime. L’association n’a pas de rôle opérationnel. Cependant, consciente de sa responsabilité sociale, Préfon a souhaité être un acteur engagé.

 

L’investissement socialement responsable, est pour Préfon, un choix majeur traduisant son engagement à l’égard de ses affiliés mais aussi et surtout une sécurisation renforcée du régime qu’elle a créé. La démarche a été amorcée dès 2007.

 

L’Association est par ailleurs membre du FIR et participe à la semaine de l’ISR.

 

 

 

2016 Politique de vote V6

 

 

Les publications de Préfon :

 

  

La soirée ISR 2015 :

Revoir la soirée ISR

 

Indicateurs ESG 

 
Le 18 décembre 2015 a été signé le décret qui instaure les actions pour le climat obligatoires pour les entreprises et les investisseurs institutionnels.
Ce décret, pris en application de l’article 173 de la loi de transition énergétique pour la croissance verte, permettra d’accroître la mobilisation des investisseurs dans la transition vers une économie bas-carbone.
 
L’article 173 de la loi sur la Transition Ecologique et Energétique (TEE) créé une obligation de reporting pour les investisseurs institutionnels sur la gestion du risque climat et la prise en compte des critères Environnementaux Sociaux et de Gouvernance (ESG).
La France devient le premier pays à disposer d’une loi incitant les investisseurs institutionnels à intégrer le risque climat et les dimensions environnementales et sociales dans leur communication publique.
 
Ce décret, qui s’appliquera dès l’exercice 2016, va conduire les investisseurs à :
• améliorer l’information qu’ils fournissent sur les émissions de gaz à effet de serre de leur portefeuille,
• définir la part verte de leurs investissements,
• mettre en place une stratégie bas-carbone pour contribuer aux objectifs climatiques.
 
Le décret d’application liste les catégories d’institutions soumises à l’obligation de reporting : entreprises d’assurance, mutuelles, société de gestion, institutions de prévoyance, institutions de retraites complémentaires publiques et privées, régies les codes français respectifs. Ce qui représente 840 investisseurs institutionnels qui devront expliquer quelle est leur politique d’investissement responsable.
 
L’association Préfon a été précurseur et communique depuis 2013 sur ses indicateurs ESG.
 
 

Indicateurs Souverains 

Le portefeuille Préfon est composé à 52% d'obligations souveraines.

La France, l'Espagne et l'Italie représentent 97% des investissements.

7 indicateurs ont été retenus en cohérence avec la démarche d'engagement de Préfon.

Indicateur de Gouvernance

Qualité de la gouvernance des Etats (WGI)

 

souverain - qualité gvnce des Etats

Source WGI

   

Il s'agit d'un indicateur composite publié par WGI (Worldwide Governance) qui repose notamment sur 6 pilliers :
- liberté d'expression,

- stabilité politique,

- efficacité gouvernementale,

- qualité réglementaire,

- contrôle de la corruption,

- qualité de l'Etat de droit.
 
Cet indicateur se présente selon une échelle allant de -2,5 (faible) à +2,5 (fort). 0 est la médiane.

 

L'indicateur est à un bon niveau mais est en baisse en particulier sur les piliers « stabilité politique, violence et terrorisme » pour la France.

       

 

Indicateur Social

Taux de chômage de longue durée

 

souverain - tx de chômage

Source : Eurostats
(Direction générale de la Commission européenne chargé de l'information statistique à l'échelle communautaire)

   

Cet indicateur permet d'appréhender l'efficacité du marché de travail d'un Etat.
Cet indicateur est le pourcentage de l'ensemble des personnes au chômage.

Le chômage de longue durée recense les personnes au chômage depuis 12 mois ou plus. 

 

La poursuite de la hausse du chômage en France explique la dégradation de l’indicateur mais contrebalancée par une baisse en Italie et en Espagne.

       

 

Indicateur Social

Indice de développement humain ajusté aux inégalités (IDHI)

 

souverain - indice de dvpt humain

Source : PNUD
(Programme des Nations Unies pour le développement)

   

Cet indicateur composite mesure le niveau de développement d'un pays tout en tenant compte des disparités sociales. Plusieurs paramètres (droit de l'homme, niveau de vie, éducation, santé...) sont intégrés.
Cet indicateur se présente selon une échelle allant de 0 (pays en sous développement) à 1 (pays très développé). Un pays est considéré comme très développé lorsque son IDHI est supérieur à 0,78.

 

Le portefeuille est constitué uniquement de pays européens. Cela explique la stabilité et le haut niveau de l'indice.

Pour rappel, l’espérance de vie, le taux d’alphabétisation et le PIB entrent dans le calcul de l’indicateur.

       

 

Indicateur Environnemental

Intensité énergétique de l'économie

 

souverain - intensité énergie éco

Source : Eurostats
(Direction générale de la Commission européenne chargé de l'information statistique à l'échelle communautaire)

   

Cet indicateur permet de mesurer la consommation énergétique d'une économie par rapport à sa production, ce qui constitue un indicateur de son efficacité énergétique.

Consommation intérieure brute d'énergie divisée par le PIB (kg d'équivalent pétrole par 1 000 EUR).

 

L'intensité énergétique de l'économie s'est maintenue relativement stable entre 2015 et 2016.

       

Indicateur Environnemental

Part des énergies renouvelables dans la consommation finale brute d'énergie

 

souverain - énergies renouvelables

Source : Eurostats
(Direction générale de la Commission européenne chargé de l'information statistique à l'échelle communautaire)

   

Cet indicateur permet d'appréhender la stratégie et la politique environnementale d'un Etat. Il mesure la dépendance vis à vis des énergies fossiles et promeut des investissements à destination des énergies renouvelables.

Agrégat de la part des énergies renouvelables dans la chaleur, la production d'électricité et le transport.

 

La forte hausse entre 2012 et 2015 vient de la hausse de la part de renouvelables en France (13,4% en 2012, 15,3% en 2015).

 

 

 Nombre d'Etats présents dans le portefeuille et non signataires de la Convention d'Ottawa

Source : Nations Unies     La convention d'Ottawa est le traité sur l'interdiction des mines antipersonnel. Elle est entrée en vigueur en 1999 auprès des 131 pays signataires.
 
Cet indicateur mesure le nombre de pays non signataire de la convention.
 
Tous les pays présents dans le portefeuille ont signé cette convention.

 

Nombre d'Etats présents dans le portefeuille et non signataires de la Convention d'Oslo

Source : Nations Unies     La convention d'Oslo est le traité sur les armes à sous-munitions. Elle est entrée en vigueur en 2008 auprès des 94 pays ayant ratifié le traité.
 
Cet indicateur mesure le nombre de pays non signataire de la convention.
 
Seule la Grèce n'a pas signé cette convention.

 

Indicateurs Actions 

Le portefeuille Préfon est composé à 11% d'actions.

La France est prédominante dans les investissements avec 52% du portefeuille, contre 21% pour l'Allemagne, 8% pour l'Espagne, 6% pour les Pays-Bas et 4% pour l'Italie.

Les entreprises de plus de 7 milliards d'euros de capitalisation boursière représentent 89% des investissements.

 

6 indicateurs ont été retenus en cohérence avec la démarche d'engagement de Préfon.

Indicateur Environnemental

Émissions de Gaz à effet de serre rapportées au kWh produits

 

action - gaz

Source Bloomberg

 

100% des producteurs d'énergie présents dans le portefeuille sont couverts

   

Les entreprises du secteur de l'énergie ont un fort impact sur l'environnement en terme d'émission de gaz à effet de serre. Cet indicateur illustre le recours aux énergies renouvelables dans la production d'énergies.
 
Cet indicateur se mesure en gCO2/kWh.

 

Chaque émetteur présent dans le portefeuille s’est amélioré, mais la baisse du poids d’EDF en valeur boursière dans le portefeuille explique la dégradation de l’indicateur, EDF représente 3% en 2016 contre 7% en 2015.

Pour rappel, la différence d’intensité carbone dépend du choix du mix énergétique de l’entreprise. 

       

 

Indicateur Social

Nombre d'heures de formation par an et par salarié

 

action - heures formations

Source : Bloomberg

   

Cet indicateur illustre le niveau d'implication des entreprises dans la formation de leurs salariés. Il contribue au progrès social en favorisant la progression des carrières et l'employabilité des salariés.

 
Il s'agit d'un indicateur important pour la Préfon.

 

On ne constate pas de tendance baissière au global pour les entreprises analysées. Mais la baisse significative en 2015 s’explique  principalement par des évolutions de poids en portefeuille.

Il existe des disparités importantes d’heure de formation entre les entreprises induisant une volatilité forte de l’indicateur.

       

 

Indicateur Social

Part des femmes à des postes d'encadrement

 

action - part des femmes encadrement

Source : Bloomberg

   

Cet indicateur mesure la non discrimination (diversité et égalité des chances) au sein des entreprises en favorisant la diversité homme/femme et la représentativité des femmes à des postes d'encadrement.
 

 

Amélioration attribuable a l’augmentation de la part des femmes a des postes d’encadrement dans des entreprises fortement pondérées (Bayer, Total, Sanofi, Deutsche Telekom, et BNP Paribas, en particulier).

       

 

Indicateur de Gouvernance

Part des femmes au sein du Conseil d'Administration

 

action - femmes CA

Source : Bloomberg

   

Cet indicateur mesure la non discrimination (diversité et égalité des chances) au sein des entreprises en favorisant la diversité homme/femme et la représentativité des femmes à des postes d'encadrement.

 

Une augmentation portée par les entreprises européennes, soumises à une législation spéciale sur la part des femmes dans les Conseils d'Administration.

En 2016, la part des femmes dans les Conseils d’Administration des entreprises européennes était de 30% en moyenne.

       

Indicateur de Gouvernance

Absence de signature du Pacte Mondial

 

action - absce signature pacte mondiale

Source : Nations Unies

   

Le Pacte Mondial lancé par l'ONU en 1999, demande aux entreprises signataires d'adopter, soutenir et appliquer dans leur sphère d'influence un ensemble de 10 valeurs fondamentales dans les domaines des droits de l'Homme, des normes du travail, de l'environnement et de la lutte contre la corruption.
Cet indicateur mesure les entreprises dans le portefeuille Préfon signataire du Pacte Mondial.

 

Cet indicateur est relativement stable. Il s'explique par un portefeuille très largement investis sur des grosses capitalisations.

 

Indicateur de Gouvernance

Équilibre des pouvoirs et efficacité du Conseil d'Administration

 
Actions

Source : Vigeo Eiris

   

Ce critère évalue l'engagement de l'entreprise à se doter d'un Conseil d'Administration capable de contrôler et conseiller les dirigeants exécutifs, et qui soit responsable devant les actionnaires. Concernant la capacité du CA à contrôler et conseiller les exécutifs, les critères évalués sont :
- La séparation de la position de Président et de Directeur général et le rôle des administrateurs non-exaustifs dans une structure unitaire, et des membres du Conseil de Surveillance dans une structure duale ;
- L'expérience et les compétences des administrateurs,
- Les conditions de nomination du CA,
- L'accès des membres à 'information et à la formation.

 

 

 

 

Indicateurs Obligations 

Le portefeuille Préfon est composé à 24% d'obligations d'entreprises.

La France représente 31% des investissements, contre 11% pour la Grande-Bretagne, 5% pour l'Espagne, 5% pour l'Allemagne, 5% pour l'Italie et 10% pour les Pays-Bas.

Les entreprises de plus de 7 milliards d'euros de capitalisation boursière représentent 95% des investissements.

5 indicateurs ont été retenus en cohérence avec la démarche d'engagement de Préfon.

Indicateur Environnemental

Émissions de Gaz à effet de serre rapportées au kWh produit

 

obligations - gaz

Source : Bloomberg

   

Les entreprises du secteur de l'énergie ont un fort impact sur l'environnement en terme d'émission de gaz à effet de serre. Cet indicateur illustre le recours aux énergies renouvelables dans la production d'énergies. Cet indicateur se mesure en gCO2/kWh.
En 2013, la moyenne européenne était de 328 g CO2/kWh (données Pwc).

 

EDF est un producteur ayant une empreinte carbone très faible (95 g CO2/KWh en 2016) en raison de la large part du nucléaire (78% en 2016) dans ses capacités de production.

 

La baisse de la part d'EDF dans la VBN engendre une hausse de l'empreinte carbone. Le résultat est donc une stabilisation autour de 280 g CO2/kWh.

EDF représente 27% du portefeuille en 2016 contre 41% en 2015.

       

 

Indicateur Social

Nombre d'heures de formation par an et par salarié

 

obligations - heures formations

Source : Bloomberg

   

Cet indicateur illustre le niveau d'implication des entreprises dans la formation de leurs salariés. Il contribue au progrès social en favorisant la progression des carrières et l'employabilité des salariés.
Il s'agit d'un indicateur important pour la Préfon.

 

Le niveau d'heure de formation par an et par salarié est stable (autour de 30 heures de formation par salarié par an).

       

 

Indicateur Social

Part des femmes à des postes d'encadrement

 

obligations - femmes encadrement

Source : Bloomberg

   

Cet indicateur mesure la non discrimination (diversité et égalité des chances) au sein des entreprises en favorisant la diversité homme/femme et la représentativité des femmes à des postes d'encadrement.

 

Amélioration attribuable à l’augmentation de la part des femmes a des postes d’encadrement par des entreprises fortement pondérées (EDF, Société Générale et BNP Paribas, en particulier). 

       

 

Indicateur de Gouvernance

Part des femmes au sein du Conseil d'Administration

 

obligations - femmes CA

Source : Bloomberg

   

Cet indicateur mesure la non discrimination (diversité et égalité des chances) au sein des entreprises en favorisant la diversité homme/femme et la représentativité des femmes à des postes d'encadrement.

 

Une augmentation portée par les entreprises européennes, soumises à une législation spéciale sur la part des femmes dans les Conseils d'Administration.

En 2016, la part des femmes dans les Conseils d’Administration d'entreprises françaises était de 33% en moyenne.

       

Indicateur de Gouvernance

Absence de signature au Pacte Mondial

 

obligations - absce signature pacte mondial

Source : Nations Unies

   

Le Pacte Mondial lancé par l'ONU en 1999, demande aux entreprises signataires d'adopter, soutenir et appliquer dans leur sphère d'influence un ensemble de 10 valeurs fondamentales dans les domaines des droits de l'Homme, des normes du travail, de l'environnement et de la lutte contre la corruption.
Cet indicateur est en pourcentage et mesure les entreprises dans le portefeuille Préfon signataire du Pacte Mondial.

 

La part des entreprises non signataires du Pacte Mondial est stable, mais plus élevé que dans le portefeuille action, cela s’explique par la part des entreprises non européennes (24% contre 9% pour la partie actons) moins sensibles à la signature du pacte Mondial.

 

 
NOUVEAU L'empreinte carbone du portefeuille Préfon-Retraite

 

L’empreinte carbone est le fait de mesurer les émissions de carbone générées directement ou indirectement par les entreprises dans lesquelles un investisseur est présent soit sous forme d’actions soir sous forme d’obligations. https://fr.wikipedia.org/wiki/Bilan_carbone

 

Concernant l'empreinte carbone du portefeuille Préfon-Retraite, les axes de travail sont envisagés pour concourir à limiter le réchauffement climatique à 2 degrés :

  • limiter les investissements dans les industries fossiles ;
  • augmenter les investissements dans les valeurs qui contribuent à la transition énergétique ;
  • Préfon met en place un reporting pour identifier les obligations vertes (green bounds).

 
  

Notre démarche d'engagement 

Dans le cadre de sa politique d’investisseur responsable, l’Association Préfon a décidé de mettre en place, en 2015, une stratégie de dialogue et d’engagement.

 

Trois leviers d’actions ont été identifiés pour la mise en œuvre de cette stratégie.

Au niveau du régulateur et des pouvoirs publics, afin de favoriser une évolution positive de la réglementation, en ligne avec les enjeux de développement soutenable des économies.

Au niveau des gestionnaires et des assureurs du régime, afin de les inciter à une meilleure transparence sur leurs pratiques et à orienter positivement leurs choix d’investissement.

Au niveau des entreprises qui émettent des obligations ou qui sont cotées, afin d’influencer leurs pratiques en matière de responsabilité sociétale et de gouvernance, dans le sens d’une meilleure intégration des enjeux de développement durable dans leurs modèle de croissance à long terme.

 

L’ambition de la Préfon est à la fois d’améliorer la qualité de ses investissements dans le sens d’une plus grande sécurité et de renforcer son statut d’acteur responsable parmi ses pairs.

 

Tableau engagement V2

 

La notation du portefeuille Préfon 

L’association Préfon a demandé à l’agence de notation extra-financière Vigeo Eiris de noter depuis 2011 le portefeuille de Préfon-Retraite.

 

 

Trois notes sont attribuées sur le portefeuille des actions, le portefeuille des obligations émises par les entreprises et le portefeuille des obligations émises par les états. Ces notes sont ensuite comparées à un indice de référence (pour les actions : Stoxx 600 Europe de 2011 à 2015 et Russell Europe Developed Large en 2016 / pour les obligations souveraines Iboxx).

 

 

 

1) La note du portefeuille actions est supérieure à son indice de référence : 53,7/100 contre 49,6 pour le Russell Europe Developed Large. Ce score est en hausse comparé à 2015 (indice Stoxx 600 Europe).

 

 

GRAPH_Vigeo-Actions-2017

 

 

 

2) La note du portefeuille obligations d’entreprises est relativement stable à 49,8.

  

GRAPH_Vigeo Obligations d'entreprises 2017

 

 

 

3) La note du portefeuille obligations souveraines enregistre une baisse à la fin de l'année 2016 avec 79,8 contre 80,7 à fin 2015 (soit - 0,9 point).

 

GRAPH_Note Portefeuille Souverraines 2017

 

 

 

La mesure de l’empreinte carbone 

 

 

Les assureurs du régime Préfon-Retraite se mobilisent sur la Transition énergétique

  

Deux des assureurs du régime répondent à nos questions et se positionnent sur les nouvelles obligations qu’imposent la Loi sur la Transition énergétique pour Préfon en tant qu’investisseur institutionnel à travers son régime Préfon-Retraite.

 

-       M. Mikaël Cohen, Directeur des investissements de CNP Assurances

-       M. Pascal Christory, Directeur des Investissements d’AXA France

-       Mme Marie Lemarié, Directeur des Investissements de Groupama SA

 

 

 

L’article 173 impose de nouvelles obligations de reporting pour les investisseurs institutionnels en matière environnementale, sociale et gouvernance (ESG), en particulier pour le climat : comment envisagez-vous d’y répondre ?

 

CNP ASSURANCES : Investir, c’est prendre une responsabilité. C’est la conscience de la durée de nos engagements vis-à-vis de nos assurés sur 10, 20, voire 30 ans qui nous amène à prendre en compte tous les risques de long terme, et notamment climatiques, aux conséquences macroéconomiques. Les actions de « decarbonation » que nous menons relèvent de notre engagement d’investisseur socialement responsable, en cohérence avec notre politique de risques financiers. Notre démarche ne consiste pas seulement à désinvestir pour se protéger des risques, comme nous avons choisi de le faire sur les entreprises dont plus de 25% du CA est liée au charbon thermique, elle est constructive : nous investissons dans des entreprises et des projets qui favorisent la réduction du changement climatique et qui trouveront là des relais de croissance. CNP Assurances s’est engagée à doubler l’encours de ses investissements verts de 800 millions d'euros fin 2015 à 1,6 milliards d'euros fin 2017. Enfin, CNP Assurances s’est engagé à réduire de 20% l’empreinte carbone de son portefeuille action en direct et la consommation d’énergie de son patrimoine immobilier d’ici 2020.

 

AXA : Depuis 2013, le Groupe AXA, accompagné par AXA Investment Managers (AXA IM), s’applique à mettre en œuvre une politique rigoureuse de suivi de la performance ESG de ses investissements, et ce, sur les principales classes d’actifs. Par ailleurs, en tant que signataire de la « Montréal Pledge », AXA mesure et publie l’empreinte carbone de ses investissements. Le Groupe AXA s’engage à se conformer aux exigences de transparence et de reporting liées de l’article 173, que ce soit de manière générale sur les critères ESG ou de manière plus spécifique sur les risques climatiques. En s’appuyant sur les outils internes existants de mesure du carbone et de notation ESG, AXA et AXA IM consultent différents partenaires afin d’optimiser le reporting en ligne avec les objectifs de l’article 173 et tout particulièrement l’objectif de 2°C.

 

GROUPAMA SA : Groupama accompagne les réflexions de places à l'AFA (groupe de travail mixte regroupant des membres de la « commission économique et financière » et de la « commission développement durable » afin d'élaborer un guide sur le reporting relatif à la loi sur la transition énergétique.  L'objectif est de finaliser les réflexions d'ici fin 2016.

 

 

Pensez-vous mesurer l’empreinte carbone de vos portefeuilles et du canton Préfon-Retraite, si oui comment ?

 

CNP ASSURANCES : En signant le « Montreal Carbon Pledge » en mai 2015, CNP Assurances s’est engagée à publier l’empreinte carbone de ses actifs financiers. Elle a commencé par le portefeuille d’actions en direct en 2015, et couvre le canton Préfon-Retraite. La mesure utilisée reste perfectible (limitée aux émissions directes scope 1 et 2 sans retraitement de doublon, rapportée à la valeur bilan du portefeuille). Néanmoins CNP Assurances s’est fixé un objectif de réduction de 20 % à l’horizon 2020. Comment l’atteindre ? Par le dialogue et l’incitation des entreprises dont elle est actionnaire à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Par ailleurs, CNP Assurances soutient les développements méthodologiques pour mieux identifier les entreprises fortement émettrices et engagées vers la transition écologique et énergétique.

 

AXA : L’outil propriétaire d’AXA Investment Managers mesure déjà les empreintes ESG et carbone des actifs des portefeuilles du canton Préfon-Retraite. Il s’agit de mesurer, au moins une fois par an, différents indicateurs clés ESG sur le portefeuille : intensité CO2, consommation d'eau, poids des entreprises fortement controversées, le pourcentage de directeurs indépendants ou encore le pourcentage de femmes au sein des conseils d'administration... L’empreinte carbone prend en compte principalement les émissions de CO2 Scope 1 (émissions directes de gaz à effet de serre) et Scope 2 (émissions indirectes issues de l’énergie) en tonnes rapportées au chiffre d’affaires. Cependant, il convient de souligner que ces notations sont plus adaptées aux actions cotées et aux obligations crédit qu’à un portefeuille obligataire souverain. Mais cette différence de pertinence de périmètre est généralisée et n’est pas spécifique aux outils développés par AXA et AXA IM.

 

GROUPAMA SA : La précédente réflexion devrait être complétée par un guide relatif au calcul de l’empreinte carbone.  Un cadre de reporting sera proposé d’ici fin 2016 en complément de ce guide.  Mais Groupama mesure depuis 2015 l’empreinte carbone de ses encours pour deux classes d’actifs, les actions et les obligations d’entreprise. Groupama a choisi un prestataire pour fournir les données, Trucost, l’acteur historique et le référent dans ce domaine afin de nous accompagner dans notre démarche. La mesure de l’empreinte carbone se fait à travers un indicateur, l’intensité carbone.

Les émissions carbone prises en compte sont celles du scope 1 (émissions directes de l’émetteur), scope 2 (émissions indirectes liées à la consommation d’électricité) et d’une petite partie du scope 3 (émissions des fournisseurs de premier rang). Celles-ci sont rapportées au chiffre d’affaire des entreprises investies, agrégées en fonction de leurs poids en portefeuille. Groupama va suivre dans le temps l’évolution de cet indicateur.

   

                                                                                                                                       

Avez-vous défini ou envisagez-vous de définir une stratégie d’investissement bas-carbone ?

 

CNP ASSURANCES : CNP Assurances a décidé de faire de la transition énergétique un nouvel axe de sa politique d’investissement responsable. Pour l’avenir, le Groupe s’engage à ne plus investir en direct dans les sociétés dont une part importante du chiffre d’affaires est liée au charbon thermique et le portefeuille Préfon s’inscrit dans cette politique générale. Par exemple nous avons allégé 2 émetteurs électriciens un anglais et un allemand dont l’intensité carbone est bien supérieure à la moyenne européenne.

CNP Assurances s’intéresse aussi aux entreprises spécialisées dans la transition énergétique et ambitionne de doubler l’encours de ses investissements verts (infrastructures, private equity et green bonds). Le portefeuille Préfon est aujourd’hui exposé à hauteur de 16,5 milliards d'euros réparties sur 4 émissions de Green Bonds ainsi que sur des sous-jacents liés à l’efficacité énergétique ou aux énergies renouvelables en Private Equity via le fonds Demeter 2. Un investissement immobilier avec des objectifs ambitieux en terme de caractéristiques environnementales comme l’objectif de performance énergétique supérieur ou égal à la RT2012, a également été réalisé  via le Fonds de Logement Intermédiaire pour un engagement de 20 millions d'euros.

 

AXA : Dans le cadre de sa démarche d’investisseur responsable, le Groupe AXA a pris certaines mesures globales allant dans le sens d’une « decarbonisation » de ses investissements, comme le désengagement du secteur charbon. Par ailleurs, le portefeuille Préfon-Retraite peut s’exposer aux obligations vertes dès lors que celles-ci répondent aussi aux objectifs de gestion du portefeuille.

 

GROUPAMA SA : Groupama a d'ores et déjà investi dans le cadre de Préfon dans des green bonds (EMTN Tera Neva lancé conjointement par BNP Paribas, la Banque européenne d'investissement (BEI) et Vigeo). Des opportunités au cas par cas pourront être étudiées dans le cadre de futures stratégies d'investissements.

 

Préfon soutient une Chaire universitaire 

 

Dans le cadre de sa démarche ISR, Préfon soutient la Chaire universitaire « Théorie de l’en­treprise : modèles de gouvernance et création collective » codirigée par Mme Blanche Segrestin au Centre de Gestion Scien­tifique de l’Ecole des Mines ParisTech.

Préfon l’a interrogée. 

 

Sur quoi portent vos travaux ?

 

Blanche Segrestin : La Chaire vise à renouveler les représentations théoriques de l’entreprise afin de proposer de nouveaux principes de gouvernance adaptés à l’innovation et au développement durable, voire de proposer de nouveaux modèles juridiques adaptés aux formes et missions contemporaines de l’entreprise.

 

 

Pourquoi proposer de nouvelles règles de gouvernance de l’entreprise ?

 

BS : Cette Chaire s’appuie sur deux constats. D’une part, les formes de l’entreprise évoluent, avec la formation d’un capitalisme de l’innovation intensive et de nouveaux écosystèmes mondiaux. D’autre part, la gouvernance actionnariale se révèle, avec la crise, peu soutenable et inadaptée aux enjeux environnementaux : les doctrines de gouvernance ont provoqué depuis 30 ans une divergence inédite entre « profits » et « prospérité », entre les entreprises et les États et plus généralement entre la réalité de l’entreprise et la structure de société qui lui sert de cadre juridique. Nos recherches ont montré que l’entreprise était historiquement fondée sur une dynamique de création collective et solidaire, mais que cette mission de l’entreprise a été déformée par le développement de doctrines économiques erronées, mais aussi faute d’être reconnue et protégée en droit.

 

 

Quel modèle pour l’entreprise ?

 

BS : Plusieurs voies méritent d’être explorées simultanément. L’une d’elles se développe aux Etats-Unis depuis quelques années, consistant à inscrire dans les statuts des sociétés un objectif d’ordre social, environnemental ou scientifique (maintien de l’emploi, développement de technologies vertes, etc.). Cet engagement, quoique facultatif, deviendrait opposable : il permettrait de protéger les projets d’entreprises qui, sans renoncer à leur but lucratif, visent l’intérêt collectif en conciliant durablement les conditions de l’efficacité économique avec les exigences sociales.